Chant Da Imach Vera : Différence entre versions

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
(Le rythme bulgare en 8/16)
(Le texte)
Ligne 20 : Ligne 20 :
 
{| class="wikitable"
 
{| class="wikitable"
 
|-
 
|-
! cyrillique !! translittération française  !! traduction
+
! Cyrillique !! Translittération française  !! Traduction
 
|-
 
|-
 
|
 
|

Version du 25 juillet 2020 à 06:01

« Les effets pernicieux de la division sont bien connus dans les domaines politique, social, professionnel, familial. Mais, dans le domaine intérieur on ne les a pas encore suffisamment étudiés. Un homme qui doute introduit la division en lui-même ; c’est comme s’il voulait prendre en même temps deux directions opposées : il ne peut que chanceler. Vous direz qu’il n’est pas toujours facile d’acquérir les certitudes qui permettent de prendre fermement une orientation intérieure. Je sais, mais pour échapper au doute destructeur, il y a une méthode, et cette méthode consiste à entrer profondément en soi-même en se disant : "Pour le moment, je suis ignorant, je n’ai pas l’intuition et la lucidité nécessaires pour voir clairement la situation, mais cela ne doit ni me troubler, ni me paralyser. Je mets ma foi dans le bien, dans la lumière, et je continuerai à agir avec honnêteté, désintéressement et courage." Si vous savez vous maintenir dans cet état d’esprit, vous finirez par triompher de tous les doutes[1]

Da Imach Vera (Aie Foi !) – Tonalité : Sol mineur

Version en translittération française

Da Imach - Mélodie principale.jpg

Version en lettres cyrilliques

Da Imach - Mélodie principale BULG.jpg

Fichier:Da Imach Vera.ogg
Écouter le Chant Da Imach Vera par le Chœur Kastalski de Moscou

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction

Да Имаш Вера !

Da Imach Vera !

Aie foi !

Explications du chant [2]

N.B.: Ces explications s’appuient sur l’étude de la mélodie originale du chant écrite en 8/16.[3]

Historique

Ce chant fut donné le 9 octobre 1936.[4] Il peut être intéressant de savoir que la langue bulgare moderne prononce « Da Imach Viara » car que le mot Vera n’existe pas comme tel. Le bulgare chanté par le Maître Peter Deunov est probablement inspiré d’une prononciation de tradition macédonienne. Ceci semble peut-être un détail, mais par l’étude spirituelle des voyelles, nous verrons combien le mot « Vera » éclaire les raisons vibratoires pour lesquelles le Maître a choisi ce mot.

Thématique : La force de l’acquisition de la Foi

La Vertu de la Foi est cette puissance spirituelle qui nous ouvre les portes du monde suprasensible. Elle réveille notre amour pour la vérité et nous permet de prendre conscience de la présence de Dieu dans notre âme et dans notre cœur. C’est grâce à elle que nous savons que Dieu existe et que nous pouvons Le rejoindre.

« Quoi que vous disiez, c’est votre attitude qui est la preuve que vous avez la foi. A travers votre attitude, vous montrez que votre foi est soutenue par votre amour, votre intelligence, votre savoir, votre volonté. Croire en Dieu, c’est se sentir fils et fille de Dieu, et donc s’efforcer d’agir conformément à cette filiation. Un fils de Dieu, une fille de Dieu, savent non seulement qu’ils héritent des vertus et des pouvoirs de leur Père et leur Mère Célestes, mais qu’ils doivent mettre tout en œuvre pour les développer et devenir ainsi maîtres de leur destin. Tout acte qui n’est pas inspiré par la sagesse et l’amour véritables produit en l’homme des miasmes qui s’opposent en lui aux manifestations de la Divinité. Alors, comment peut-il parler de foi s’il ne fait rien pour dégager, purifier, l’espace entre Dieu et lui ?[5]

Mots clés – Ambiance du chant

Purification, puissance, régénération, conviction, le travail rigoureux de la pensée, construire les fondations de sa foi.

Déroulement du chant

Da Imach Vera est un chant mantra, de très courte durée, qui travaille à « dégager » et « purifier » l’espace situé entre Dieu et nous.

Il démarre dans un registre aigu, une nuance «forte » et avec beaucoup de puissance, pour proclamer sur le mode de l’impératif : « Aie Foi ! »

L’ordre qui retentit avec une force de conviction extraordinaire durant les douze premières mesures émane de notre Moi supérieur et s’adresse à notre conscience pour la dynamiser en vue d’acquérir la Foi. Beaucoup plus qu’une simple croyance, la Vertu de la Foi exige de notre pensée qu’elle s’exerce chaque jour afin de s’élever jusqu’à entrer en relation avec le plan causal afin de ressentir que Dieu est une puissance immuable qui surpasse tout.

1 DA IMACH VERA-2020-mélodie extrait-5.jpg

Mais à partir de la mesure 13, la perspective change radicalement. La mélodie principale repart dans un registre grave et la nuance « pianissimo subito ».

2- DA IMACH VERA-2020- Do -mélodie extrait-3.jpg

La Vertu de la Foi oeuvre en nous et fait apparaître la Lumière spirituelle au seinde notre environnement intérieur. C’est un instant d’accalmie intérieure pendant lequel nous intégrons l’énergie subtile de la Vertu dans nos poumons et nous nous préparons à ce qui s’enclenche de façon triomphale et glorieuse à partir de la mesure 18 jusqu’à la fin.

3- DAIMACH-2020- sol-extrait-2.jpg

Alors que le chant est écrit en sol mineur, il est intéressant d’observer que l’harmonisateur a choisi de terminer le chant en Sol majeur avec l’apparition d’un « Si bécarre » à la voix de soprano qui illumine l’harmonie et symbolise la victoire de la lumière en l’être humain.

Le chant se termine en apothéose ! Les portes pour la manifestation de la Foi se sont ouvertes. L’Âme humaine enfin libérée commencera à agir le Bien et à « déplacer les montagnes ».

Le sens énergétique du mantra « Da Imach Vera » au travers des voyelles, du rythme et des intervalles utilisés

Le chant Da Imach Vera est une injonction professée sous la forme d’un mantra.

Par sa forme-mantra, le chant travaille continuellement sur les mêmes sonorités, à savoir celles des voyelles « a - i – è ».

Celles-ci sont articulées dans une mesure 8/16, typiquement bulgare, structurée en trois temps non isochrones et qui nous donnent : 3 doubles - 2 doubles - 3 doubles.

4- DA IMACH VERA-2020-Ré aigu-mélodie extrait-4.jpg

Première partie du mantra : Da Imach

L’agencement des voyelles « a – i –a »

La première partie du mantra « Da Imach » travaille avec la force spirituelle des voyelles « a – i – a ».

C’est un instant de propulsion et l’agencement des voyelles amène à représenter symboliquement ce petit segment sous la forme d’un triangle.

TRIANGOLO.png

En effet, avec le « i » situé entre les deux « a », nous observons que l’ensemble des trois syllabes crée un triangle énergétique avec la pointe en haut et le « i » placé au sommet du triangle en est la couronne. Les trois syllabes stimulent le développement d’une pensée trinitaire qui emplit la conscience de force spirituelle.

Énergétiquement, le « i », voyelle masculine mais plus courte dans le temps, perce naturellement et joue pleinement un rôle de propulsion.

Le « a », voyelle beaucoup plus féminine et matérielle, plus longue dans le temps, enrobe le projet d’une concrétisation possible de l’esprit. C’est une gestation spirituelle très éloquente et en parfait équilibre.

L’usage des notes répétées au sein de la mélodie

Mélodiquement, les trois syllabes « Da I-mach » sont scandées sur des notes répétées.

4- DA IMACH VERA-2020-Ré aigu-mélodie extrait-4.jpg

L’usage de ces notes répétées dégage une énergie extrêmement puissante, c’est l’intensification d’une intention qui éclate et se concrétise.

Le rythme bulgare en 8/16

L’écriture rythmique en 8/16 donne aussi au « i » toute la puissance dont il a besoin pour impacter la phrase. En donnant au chanteur un instant suffisant d’intégration et un espace à ce « i », cela permet à une force de s’enraciner et de s’ancrer comme un germe de Foi dans le plan mental pour frapper la conscience tout en alignant la volonté d’agir.

La Foi ne peut que préparer le terrain afin que nous agissions bien.[6] Par ses actes, l’être humain doit graver quelque chose en lui-même, des circuits, des canaux, afin de capter et de faire circuler les énergies divines.

Deuxième partie du mantra : Vera

Vera signifie « Foi ». C’est un mot particulièrement important, voilà pourquoi il est répété et largement amplifié aux mesures 6 , 7 et 8, des mesures dédiées à la concrétisation.

Le sceau de la Foi s’imprime dans l’énergie émise. Une grande force de stabilité se dégage et purifie tout sur son passage.

5- DA IMACH VERA-2020-la-mélodie extrait-1.jpg

L’agencement des voyelles « è » - « a »

« Ve-ra » travaille la force spirituelle des voyelles « è » - « a ». Le « è » joue le rôle de « révélateur » (comme en photographie) entre le « i » qui représente l’esprit et le « a » qui représente la matière. Il crée le pont entre l’esprit et la matière. On peut dire également qu’il joue le rôle de l’initiateur. Ce même travail incombe à l’être humain sur la terre. Il a lui aussi pour tâche de jouer le rôle du révélateur de l’esprit dans la matière.

Dans la deuxième partie du mantra, le « a » est étendu dans sa durée. Cette prolongation du « a » se situe aux mesures 2-3-5-10-14 et 15. Le « a » reflète encore davantage l’incarnation d’une énergie, il reçoit « l‘ancrage dans le temps » !

C’est un instant dédié à la réalisation et à la stabilisation que nous représentons symboliquement par une ligne droite.

L’usage de petits intervalles mélodiques descendants

Le segment comporte peu de mouvements mélodiques. La mélodie tout d’abord élaborée sur des notes répétées descend très graduellement.

Les intervalles utilisés sont des secondes ou des tierces descendantes et ces petits intervalles nous indiquent que le processus d’involution de la Foi se construit de façon très graduelle et stable.

La place du la sonorité « è » dans le rythme

Les mesures 6, 7 et 8 donnent largement la place au « è », le révélateur qui catalyse les particules de l’esprit, le « i » pour les mettre au monde et spiritualiser la matière le « a ».

Bibliographie

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, L’Amour plus grand que la Foi; n° 239, aux Éditions Prosveta
  • Le sens spirituel des voyelles – O. M. Aïvanhov « Le son, la musique, les voyelles »

Articles connexes

Liens externes

  • Peter Deunov – Da Imach Vera sur YouTube par le Chœur Kastalski Intrada de Moscou (Dir : Gilles Hainault).
  • Pour entendre d’autres chants de Peter Deunov - Playlist

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2016, pensée du 13 novembre « La mise à l’épreuve de la Foi » aux Editions Prosveta (2015).
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique
  3. Peter Deunov, Mélodies originales – Chants de la Fraternité Blanche (1998 – Édition bulgare).
  4. O. M. Aïvanhov, P. Deunov, Commentaires des chants (Fraternité Blanche Universelle).
  5. O. M. Aïvanhov, L’Amour plus grand que la Foi n°239, aux Editions Prosveta.
  6. O. M. Aïvanhov, L’Amour plus grand que la Foi n°239, aux Éditions Prosveta



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)