Chant Deniat Ide

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
« Le sage véritable sait que la prédestination de l’homme est de rejoindre un jour sa patrie céleste. Le sage possède une philosophie, l’espérance, c’est-à-dire la certitude que l’avenir peut toujours être meilleur. Même si le présent n’est pas fameux, dans les desseins du Créateur, ce sont toujours les puissances de la vie et du bien qui finiront un jour par triompher ».[1].

Deniat Ide (Le jour vient) – Tonalité : Do mineur

DÉNIAT IDE-2020-Cyr-Mélodie Princ.jpg

Écouter le Chant par le Chœur Kastalski de Moscou

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction
Мога аз да кажа че денят иде веч. 
Слънце ще изгрее 
да постъпим добре!
Moga az da kaja tché déniat ide vetch. 
Slantsé chté izgrèé 
da posteupim dobré!
Je peux dire que le jour vient.
Le soleil se lèvera 
pour que nous agissions bien!

Explications du chant[2]

Historique

Dans la version originale de l’édition 1999, le chant Deniat Idé se présente en trois couplets. A notre connaissance, c’est la seule édition qui les mentionne. Voici ces paroles, elles constituent une sorte de développement du premier couplet.

  • C1 Je peux dire que le jour arrive. Le soleil se lèvera pour que nous agissions bien !
  • C2 Je peux dire que Dieu m'aime. Les rayons du soleil murmurent cela doucement.
  • C3 L'aube est fraîche, le jour se réveille. La joie et l'espoir remplissent nos cœurs.

Lors des réunions fraternelles, seul le premier couplet est chanté et cet article se concentrera sur ce premier couplet.

Concernant la métrique du chant, il est surprenant d’observer que cette mélodie a été retranscrite en 2/4, alors que musicalement et rythmiquement, elle se conçoit mieux sur une battue à trois temps. Voici pourquoi nous la proposons retranscrite en 3/4.

Ce chant a été harmonisé par Andrée Métraux, disciple du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov.

Thématique

Deniat Idé travaille sur la vision d’une humanité adulte et responsable, réconciliée avec Dieu. L’ambiance du chant est intense et nous lie à une certitude où s’affirme la vision d’un monde nouveau. Deniat Idé est un chant où la Foi s’unit à l’Espérance.

Tracé énergétique ou déroulement du chant

Bien qu’écrit en Do mineur, Deniat Idé est un chant animé par la vertu de l’Espérance. Le mode mineur souligne que l’intégration de la vertu se passe dans la profondeur de notre être, là où l’âme peut nous parler et nous annoncer la naissance d’un Nouveau Jour. La voix qui parle au début du chant est l’écho de notre Moi supérieur. Le Moi supérieur loge dans le Soleil et communique avec nous dans un espace indéterminé mais visionnaire.

La mélodie comporte 8 mesures et se structure en deux parties de 4 mesures.

Première partie (mesure 1 à 4) : nous sommes propulsés dans la vision d’une vie divine, une vie solaire.

DÉNIAT IDE-2020-Cyr-exemple 1.jpg

Les paroles

En bulgare Moga signifie « Je peux ». Moga possède la même racine que le mot « motion », il est lié à la volonté et à l’action. Moga pose l’ambiance du chant d’emblée, il signale la prise de conscience liée à une certitude intérieure prophétisant un futur de Bien.

Cette certitude intérieure s’édifie grâce à l’association harmonieuse de la Foi unie à l’Espérance.

La Foi est ce lien invisible qui nous permet de ressentir la présence de Dieu dans notre vie pour l’inspirer.

L’Espérance quant à elle, nous permet de contacter l’intuition que la Volonté de Dieu s’accomplira. En ce sens, l’Espérance est un pouvoir divin qui nous donne de la force pour agir le bien et mettre notre volonté en route.

La Foi est le prérequis (voir Da Imach Vera) qui confère à Deniat Idé sa puissance d’Espérance. L’Espérance est résolument tournée vers une vision positive de l’avenir. Elle permet de ressentir l’affirmation « Oui ! c’est possible, je sais que le bien se manifestera ! ».

Les premières paroles du chant révèlent la puissance de notre lien avec le Moi supérieur et notre maturité par rapport aux leçons tirées dans nos expériences d’incarnations. Ce sont des paroles qui s’appuient sur les lois cosmiques de l’évolution de l’âme humaine (Binah, dans l’Arbre de Vie Cabalistique) et qui nous rappellent que l’âme est destinée à retourner vers sa source divine !

Mélodiquement

Étudions la charpente mélodique du chant. Celle-ci s’articule autour des notes suivantes, mises en analogie avec les différents niveaux de conscience.

  • Do grave, note de départ (conscience)
  • Sol grave (subconscience)
  • Sol aigu (soi conscience)
  • Do aigu (super-conscience)
  • Mib (Un pont entre la conscience et la soi-conscience, marquant le travail pour maîtriser la personnalité)
  • Do grave, note finale (la conscience au service de l’âme)

La mélodie démarre sur la tonique (Do), puis se repose sur la dominante (Sol grave). Elle effectue une remontée sous forme de 9e avec inflexion et de nouveau repose sur la dominante (le Sol à l’octave, rappel du « Sol grave » de la mesure 2).

Symboliquement, ce mouvement mélodique montre l’énergie déployée par l’âme humaine pour se relier à son plus haut Idéal. Ceci se remarque plus particulièrement au moment du « Si bécarre » (mesure 2) et du « La b » (mesure 4). Ces deux notes sont impulsives, elles veulent « effleurer » les deux « Sol », (la dominante de la gamme de do mineur).

Les quatre notes figurent les quatre mondes de la conscience qui s’interpénètrent et agissent de concert pour faire de l’humain un être dont la mission est de ressembler à son Créateur. Avec Deniat Idé, l’être humain ressent qu’il pourra « un jour » incarner l’Image du projet divin reçue au moment de sa création et agira comme Dieu (le « Do aigu » de la mesure 5)

Les rythmes
  • Le triolet de la mesure 2 propose une intensification au niveau du cœur. Il symbolise aussi l’intervention de la miséricorde divine dans tout le processus évolutif.
  • La croche pointée suivie d’une double-croche à la mesure 4 fait appel à la rigueur divine.

La miséricorde s’équilibre parfaitement avec la rigueur et cette harmonie favorise l’incarnation de la conscience divine dans la conscience diurne pour croître consciemment vers la ressemblance de notre Créateur.

Deuxième partie (mesure 5 à 8) : la victoire solaire – l’incarnation de la vision

DÉNIAT IDE-2020-Cyr-exemple 2.jpg

La mélodie explose en victoire solaire sur la tonique à l’octave (le Do aigu) qui représente la conscience du Moi supérieur apparaissant au grand jour.

Ensuite, elle effectue une grande descente avec un pallier sur la médiante (Mib) qui est le pont mentionné plus haut. Enfin, le retour à la tonique du début (Do grave) marque l’aboutissement de toute notre évolution au fil des incarnations, soit la manifestation du divin.

Cette progression descendante montre l’incarnation de la vision prophétique mentionnée au début du thème mélodique.

La fin du chant avec les mots « pour que nous fassions le bien » signifie que les ressources du Moi supérieur se sont intégrées dans l’âme humaine devenue l’incarnation d’une humanité divine.

Deniat Idé - Un chant mantra

Deniat Idé fait partie des « chants mantras » de Peter Deunov. Le thème des 8 mesures est répété 6 fois.

Le mantra de Deniat Idé est un mantra constructeur d’espérance. Il permet d’établir la Vertu en notre être et de la renforcer jusque dans notre subconscience en faisant participer le cœur.

Nous rappelons que les chants mantras sont des cellules génératrices de forces nouvelles. Ici, dans Deniat Idé, les forces générées sont celles de l’Espérance, l’Espérance d’un être adulte et responsable résolument tourné vers l’avenir.

Notons que l’harmonisation pour voix mixtes de Andrée Métraux, met très bien en valeur la stabilité et la rigueur spirituelle. Ces deux qualités sont symbolisées par les hommes qui chantent un contre-chant en mouvement conjoint descendant partant du Do commun de départ alors que la mélodie principale est en mouvement plutôt ascendant. Ceci offre un contraste très expressif de la collaboration entre la raison (basse) et le cœur (alti).

De la mesure 5 à la mesure 8, nous avons le contraire par le mouvement plutôt descendant de la mélodie principale juxtaposé au mouvement ascendant des hommes.

DENIATIDE-2020-Basses-Alti.jpg

Bibliographie

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, La Pédagogie Initiatique III, Œuvres complètes n°29, chapitre 3, Éditions Prosveta.
  • O. M. Aïvanhov, Vers une civilisation solaire, Izvor n° 201, chapitre 6, Éditions Prosveta.

Articles connexes

Liens Externes

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2019, pensée du 22 avril « L’Espérance du Sage » aux Editions Prosveta (2018).
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique.



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)