Chant Hodi Hodi

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
« Dieu est une source jaillissante. Et puisqu’Il a fait l’homme à son image – un microcosme créé à l’image du macrocosme – nous avons aussi en nous une source qui attend les conditions pour jaillir et couler. Si par la pensée, par la prière, nous arrivons à nous lier à la Source céleste, nous ferons jaillir l’eau de notre propre source, et toutes nos cellules seront arrosées, vivifiées par cette eau divine qui les traversera. Grâce à cette source qui est l’amour, qui est la vie, qui est la lumière, nous deviendrons un instrument parfait entre les mains du Ciel. Et c’est alors que nous serons capables de remplir le programme donné par le Maître Peter Deunov dans cette formule tellement belle et profonde : " Ayez le cœur pur comme le cristal, l’intellect lumineux comme le soleil, l’âme vaste comme l’univers, l’esprit puissant comme Dieu et uni à Dieu "».[1]

Hodi, hodi (Il va, il va) – Tonalité : Ré Majeur

Hodi hodi.png

Écouter le Chant par le Chœur Intrada de Moscou

Le texte

cyrillique translittération française traduction
Ходи, ходи
Стих 1 -
Ходи, ходи, ходи 
за водата ходи 
в’сутрината роса 
през речица бистра 
по пътека чиста. 
За дома си носи 
таз водица бистра 
за цветенца мили 
нейните дечица.

Стих 2 -
Капките дъждовни 
също тъй поднасят 
изобилна влага 
струя на живота. 
Никнат семенцата, 
пъпки се разтварят, 
плодове узряват. 
Всичко се събужда,
мощна е водата.
Hodi, hodi
Couplet 1 -
Hodi,hodi,hodi
za vodata hodi
f’soutrinata rossa
prez rétchitsa bistra
po peutéka tchista.
Za doma si nossi
Taz voditsa bistra
Za tsvétentsa mili
Neïnité détchitsa.

Couplet 2 –
Kapkité deujdovni
seuchto teuï podnassiat
izobilna vlaga
strouïa na jivota.
Niknat sémentsata,
peupki sé raztvariat,
plodové ouzriavat.
Fsitchko sé seuboujda,
mochtna è vodata.
Il va, il va
Couplet 1 -
Il va, il va, il va
chercher de l’eau 
dans la rosée matinale 
à travers la rivière limpide 
sur un chemin pur. 
Il apporte pour sa maison
cette eau pure 
pour les gentilles fleurettes, 
pour ses petits enfants. 

Couplet 2 -
Les gouttes de pluie
offrent aussi l’humidité
en abondance 
le flot de la vie. 
Les petites graines poussent, 
les boutons éclosent, 
les fruits mûrissent. 
Tout s’éveille
puissante est l’eau.

Explications du chant[2]

Historique

Hodi hodi a été créé le 23 avril 1924[3] au cœur du printemps bulgare en pleine saison du renouveau.

Thématique : l’eau

Hodi hodi évoque la quête de l’eau. Symboliquement, l’eau représente la source d’amour qui coule en chacun de nous. Cette eau pure apporte la vie dans le monde et réjouit les âmes par sa transparence. Hodi hodi est un chant pour l’action réalisée avec amour et il produit la force.[4] Il stimule la volonté de laisser couler l’eau de l’amour pour servir Dieu. C’est aussi un chant qui évoque le cheminement dans la joie vers plus de pureté et de perfectionnement !

Mots clés

Enthousiasme, exaltation bienheureuse, mouvement, action.

Rythmique

Ecrit dans une métrique 7/16, le chant est construit sur le rythme de la Ratchénitsa, une danse traditionnelle bulgare pratiquée notamment lors des mariages.

De façon subtile, la métrique en 7 (4 + 3), construite sur l’alternance asymétrique de pulsations binaire et ternaire, symbolise l’effort à fournir pour tendre vers une union harmonieuse entre l’esprit (représenté par le ternaire) et la matière (représentée par le binaire). Nous pouvons représenter schématiquement cette alternance par la figure d’une maison : le triangle du toit représente l’esprit qui chapeaute la matière, elle-même représentée par le carré, c’est-à-dire les murs.

Casetta.png
« Quand on veut représenter une maison, on dessine un triangle (le toit) posé sur 4 côtés. Eh bien, vous aussi, vous êtes la maison dans laquelle Dieu peut habiter. Le 3 est 3 tant qu'il n'est pas encore réalisé dans la matière, mais quand il se réalise il devient 4, et c'est toujours le 3 qui devient 4. Et 3 et 4 font 7 : 3, c'est le toit; 4, c'est les 4 murs, et voilà la maison! Et vous aussi, vous êtes des 7: votre tête, c'est le 3, les 2 bras et les 2 jambes, c'est le 4, et le 3 est placé au-dessus du 4. »[5]

Nous pensons que le Maître Peter Deunov s’est servi des rythmes asymétriques très présents dans la tradition balkanique et fournis par le folklore, pour travailler subtilement à l’éveil des consciences ! En effet, le rythme asymétrique sollicite une vigilance continue de la part des musiciens qui le réalisent. L’aspect « secouant » de ce rythme démontre le défi que représente la cohabitation du spirituel et du matériel pour parvenir à davantage d’équilibre entre le régulier et l’irrégulier, le prévisible et l’imprévisible.

Déroulement énergétique du chant

La quête matinale de l’eau enseigne la conscience humaine à chercher l’amour en prenant pour base le chemin de la pureté. Une fois recueillie, cette eau nourricière est ramenée à la maison, pour les fleurs et les enfants. La vie de la Nature n’est pas séparée de celle de l’être humain. L’eau symbole de l’amour est source de nutrition pour toutes nos pensées et nos actions.

Hodi hodi met en œuvre l’action de l’eau qui maintient toute la vie autour de l’être humain. Dans la nature par la rosée matinale, les fleurs, la joie des enfants, les rivières, la pluie qui alimente toute la végétation, l’ eau représente l’Amour Divin qui ne cesse de couler pour tout abreuver !

Bibliographie

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

Articles connexes

Liens externes

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2010, pensée du 26 décembre « Source divine», aux Editions Prosveta (2009)
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique
  3. Cette date provient du texte non édité Chants du Maître Peter Deunov - Explication ancienne.
  4. Ces propos sont extraits d’un texte non édité écrit par l’une des premières disciples de O. M. Aïvanhov : Frida Theodosy (1890-1982) – Explications des chants
  5. O. M. Aïvanhov, Langage symbolique, langage de la Nature – La Maison - Œuvres complètes n°8, p.225, Editions Prosveta.



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)