Chant Izgreï ti moé Slantsé

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
« Il y a certaines choses que vous pouvez obtenir rapidement : en quelques années, par exemple, vous pouvez avoir un métier, une maison, une femme, des enfants. Mais apprendre la sagesse, l’amour, la patience, la maîtrise de soi, c’est très long, parce que ces qualités, comme les planètes lentes, ont des « orbites » très larges. C’est pourquoi vous devez continuer à vous chauffer longtemps aux rayons du soleil : tous les germes divins finiront par croître. Ne doutez jamais de l’efficacité du soleil pour votre vie spirituelle ».[1]

Izgreï ti moé Slantsé (Lève-toi mon soleil) – Tonalité : sol mineur

IZGREITI-2020-Cyr-Mél Princ.jpg

Écouter le Chant par le Chœur Kastalski de Moscou

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction

Couplet 1

Изгрей ти, мое Слънце, 
защото чакам всеки ден; 
за теб копнее мойто сърце 
и в’пътя си съм изморен; 
ти носиш ми Живот блажен.

Couplet 2

Огрей небето и Земята, 
лазурни поднебесен мир.
Развесели ми днес душата,
в’трептенията си безспир.
о, дай ми тоз Живот и Мир! 

Couplet 3

Единствено си ти, което
изпълня всичко със Любов 
и подновяваш всичко вехто; 
светът чрез теб ще бъде нов; 
ти вечно си света Любов. 

Couplet 1

Izgreï ti moé Slantsé,
zachtoto tchakam vsèki den; 
za teb kopnèé moïto seurtsè, 
i v'peutia si seum izmoren; 
ti nossich mi jivot blajen. 

Couplet 2

Ogreï nebeto i zemiata
Lazourni ponebesseb mir;
Razveceli mi dness douchata,
V’trepteniïata si bezspir.
O, daï mi toz Jivot i Mir!

Couplet 3

Edinstveno si ti, koèto
Izpeulnia vsitchko seus lioubov
I podnoviavach vsitchko vehto;
sveteut prez teb chté beudé nov;
ti vetchno si sveta lioubov.

Couplet 1

Lève-toi mon soleil, 
Car je t’attends chaque jour, 
mon cœur aspire à ta présence 
et sur le chemin, je suis fatigué.
Tu m’apportes la vie bienheureuse.

Couplet 2

Illumine le Ciel et la Terre, 
le céleste firmament d’azur.
Aujourd’hui, de tes vibrations,
réjouis sans cesse mon âme.
Oh donne-moi cette vie et cette paix!

Couplet 3

Unique es-tu, toi 
qui combles tout d’amour 
et régénères ce qui est vieilli ; 
le monde par toi sera renouvelé ;
tu es pour toujours l’amour sacré.

Explications du chant[2]

Historique

Izgreï Ti moé Slantsé (Lève-toi mon soleil) est une mélodie du Maître Peter Deunov avec un texte de S. Rousev inspiré des idées données par le Maître.

L’harmonisation de cette version audio est le travail conjugué de Pierre Keller (France) et de Gilles Hainault (Canada). Le chant comporte trois strophes au travers desquelles évoluent trois niveaux de conscience et l’harmonisation évolue selon le caractère propre à chacun des couplets !

Dans le cadre des réunions fraternelles, le chant est chanté deux fois en reprenant seulement les paroles de la première strophe.

Thématique

Izgreï Ti moé Slantsé évoque la longue et bien souvent difficile préparation que vit le disciple pour se purifier afin d’accueillir la lumière christique en lui à tous les niveaux de son être. Cette Lumière d’Amour qui guérit tout, lui permettra alors de connaitre la félicité d’une vie bienheureuse, la paix et la capacité de ressusciter.

Mots clés

Espérance, patience, confiance, invocation, vénération, prière, sincérité, quête de liberté par l’éveil du Moi supérieur.

Progression énergétique du chant

Izgreï Ti moé Slantsé est en sol mineur dans une mesure en trois temps qui apporte beaucoup de magnétisme.

Strophe 1 – L’attente dans l’espérance

"Lève toi mon soleil, je t’attends chaque jour, mon cœur aspire à ta présence et sur le chemin, je suis fatigué. Tu m’apportes la vie bienheureuse".

Le chant commence par la prière du disciple s’adressant au Soleil, qui représente symboliquement sa conscience supérieure (« Lève toi mon soleil »). La conjugaison du verbe à l’impératif représente davantage une demande brûlante du cœur qu’un commandement. L’impératif donne une impulsion qui reflète l’effort persévérant du disciple pour réveiller cette conscience supérieure afin d’accéder de façon continue à un état divin et sublime.

Pour le disciple, l’attente consciente du lever de son soleil est longue et parfois bien lourde à porter pour lui (« Je suis fatigué »). Alors même s’il perçoit la valeur du potentiel spirituel que Dieu a déposé en lui, en attendant que celui-ci se révèle pleinement, il se doit d’endurer avec courage la nécessaire souffrance purificatrice qui lui permettra d’ennoblir sa matière. La fin du premier couplet révèle que la vertu principale du chant nourrie dans son cœur est l’Espérance ! (« Tu m’apportes la vie heureuse »). Malgré sa fatigue, le disciple accepte l’épreuve de l’incarnation. Le verbe de la phrase conjugué au présent révèle qu’il applique la méthode de la visualisation créatrice pour conscientiser toujours plus sa connexion à la Vie Bienheureuse. La première strophe du chant révèle un basculement dans la perception intérieure du disciple. Il est davantage libre et confiant ! Il œuvre à se reconnecter à la vérité de Dieu vivant en lui, dans ses corps subtils et dans son futur corps de la Gloire. La fin de la strophe représente une victoire extraordinaire pour la conscience humaine dont le cœur empli d’espérance et de courage s’épanche en gratitude et vénération.

Strophe 2 – La joie de la relation au Moi supérieur et ses bienfaits

« Illumine le Ciel et la Terre, le céleste firmament d’azur. Aujourd’hui, de tes vibrations, réjouis sans cesse mon âme. »

Pendant la première strophe, un cap est franchi et à la deuxième, l’espérance se maintient et s’amplifie. Le disciple a appris à se nourrir de lumière christique et cela représente une très grande réjouissance pour lui. Inlassablement, il perpétue ses prières, invoquant son Moi supérieur pour que le Ciel (la vie intérieure, les pensées) et la Terre (le corps et ses manifestations sur le plan physique) soient illuminés de couleur azur. En se manifestant, la couleur du bleu azur, apporte la paix, l’harmonie et aussi beaucoup de bienveillance. Son âme se réjouit en prévision de la splendeur des futures réalisations à générer.

Strophe 3 – L’éloge du Soleil, la vie éternelle et le Nouveau Monde

« Unique es-tu, toi qui combles tout d’amour et régénères ce qui est vieilli ; le monde par toi sera renouvelé ; tu es pour l’éternité l’amour sacré. »

A la troisième strophe, il n’y a plus de demande. Le disciple se reconnait comme fils de Dieu et le louange. Il contemple son héritage divin : une vie comblée d’amour où tout ce qui a pu vieillir est régénéré par la puissance d’aimer. Tout ce qui se passe en nous a des répercussions pour le monde ! Accéder à la conscience divine nous permet progressivement de l’émaner et de l’irradier. Nos souhaits se mutent en volonté d’offrande et de service au monde entier. Les lois de l’amour solaire sont ainsi faites, c’est l’Amour universel et sacré pour l’éternité.

Le chant en image : l’archétype de l’enfantement

Nous pouvons imager le chant par l’archétype de la gestation de la femme enceinte qui attend son enfant durant neuf mois.

La conscience humaine ne fonctionne-t-elle pas comme cela? La vie solaire est comme un enfant à faire naître pour notre plus grande joie. Symboliquement, l’enfant représente le petit soleil intérieur qui vit une gestation au cœur du disciple; et le disciple, est comme la « future maman » qui avec beaucoup d’espérance et de courage met tout en œuvre pour mettre au monde son Enfant Solaire sous forme d’amour, de lumière, de pureté ou de créativité…

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, Vous êtes des Dieux, Collection Synopsis, Éditions Prosveta.
  • O. M. Aïvanhov, De l’homme à Dieu, Izvor n° 236, Éditions Prosveta.

Liens Externes

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2013, pensée du 25 avril « Ne jamais douter de l’efficacité du Soleil » »; Éditions Prosveta (2012).
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)