Chant Les Voyelles

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
« Pourquoi les invocations à Dieu ou aux dieux tiennent-elles une si grande place dans toutes les religions ? Parce que le moyen le plus puissant pour entrer en relation avec une entité est de prononcer son nom ; grâce aux vibrations de ce nom nous nous élevons jusqu’à elle. Pour prendre un exemple de la vie quotidienne, on peut dire que prononcer un nom, c’est comme faire un numéro de téléphone : on obtient la communication avec la personne qu’on a appelée. Même si nous ne savons pas quelle forme, quels traits donner à l’entité que nous invoquons, c’est sans importance : connaître son nom suffit. Si on le prononce avec un cœur pur et la conscience de ce qu’il représente dans le monde divin, ce nom devient une véritable puissance magique. Un nom exprime l’entité qui le porte. Celui qui médite sur le nom de Dieu et l’invoque en s’imprégnant de la sainteté de la lumière, se remplit de ses émanations, et il sanctifie les créatures et tous les objets dont il s’approche. »[1]


Les Voyelles – Tonalité : Do Majeur

VOYELLES-2018-Mél Princ.jpg

Écouter le Chant par le Chœur Kastalski de Moscou

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction
А – Е – И – А, Е, И
А – О – У – А, О, У
A  – É – I  – A, É, I
A  – O – OU  – A, O, OU
A  – É – I  – A, É, I
A  – O – OU  – A, O, OU

Explications du chant[2]

Historique

Le chant Les Voyelles est un exercice vocal inspiré par le rythme de la danse traditionnelle de Retchenitsa dont le rythme bulgare est écrit en 7/16 (2+2+3). Construit sous la forme de vocalises, ce chant renforce les cordes vocales. « C'est un chant vigoureux, vivant. Excellent exercice pour développer les cordes vocales. Mais il faut aussi se souvenir que les 5 voyelles A, É, I, O, Ou, appartiennent à la science sacrée, car elles sont une expression du nom de Dieu. » - Le Maître O.M.A. L’harmonisation proposée est celle de Vincent Petit et Gilles Hainault.

Thématique : l’interaction entre l’Esprit et la matière

Le chant nous propose un exercice se basant sur la connaissance initiatique de l’interaction entre l’Esprit et la matière. Les Voyelles est un chant de concrétisation et de réalisation qui développe l’équilibre entre le divin, le spirituel et le matériel.

Mots clés – Ambiance du chant

Joie – Dynamisme – Vigueur – Spiritualisation de la matière – Danse – Action dans le monde – Union du spirituel et du matériel

Déroulement du chant

Comment les différents paramètres du chant s’associent-ils pour exprimer cette interaction entre l’Esprit et la matière ? La mélodie est chantée 8 fois. En numérologie, le nombre 8 est relié à la maîtrise de la matière, la transcendance. Il est également le nombre du Christ.

L’ordre d’apparition des 5 voyelles et leur regroupement

Le chant commence en vocalisant sur « A ». À la deuxième redite, le travail est sur « É », à la troisième, le « I » et à la quatrième, les trois voyelles « A – É – I » sont regroupées. L’association des trois voyelles exprime l’élévation spirituelle et verticale de la matière qui s’est effectuée au travers des vibrations portées par le passage du « A » vers le « I ». A la cinquième redite, la voyelle « A » reprend. Puis c’est le « O », suivi du « OU », et enfin nous terminons avec les voyelles « A – O – OU ».

L’ordre sage présidant à l’apparition des différentes voyelles n’est pas anodin. En effet, chacune apporte une vibration particulière et déclenche certaines forces :

  • Le « A » représente la conscience terrestre féminine et matérielle. Il apporte la stabilité. Son essence est féminine et elle tend vers la sagesse de l’Esprit.
  • Le « É » ouvre à la réceptivité. La langue s’élargit et prépare la bouche à accueillir le « I ».
  • Le « I » s’adresse au troisième œil. Il inspire une conscience verticalisée et crée le pont entre la matière et l’Esprit. Son essence est masculine.
  • Puis le « O » nous introduit à la dimension de l’espace. Il ouvre à tous les possibles et de par sa forme, il permet de stimuler la glande pituitaire et la glande pinéale.
  • Le « OU », considéré comme étant la voyelle la plus spirituelle, fait vibrer les harmoniques au plus haut dans le sommet du crâne et atteint directement la glande pituitaire et la glande pinéale. Pour rappel, ces glandes nous permettent de « capter » le sens du langage symbolique exprimé à travers les chants.

Grâce aux explications données par le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov, nous pouvons imager les 5 voyelles « A, É, I, O, OU » à la manière d’une échelle spirituelle partant du bas vers le haut. Nous partons de la matière avec le « A » pour rejoindre le spirituel avec le « OU ».

Le regroupement des voyelles « A – É – I »

Ces trois voyelles synthétisent les forces spirituelles qui encouragent la conscience à atteindre la présence de l’Esprit pour ensuite nous accompagner dans l’effort de maîtriser la matière. C’est une association de forme verticale. Elle est telle une flamme et nous relie principalement à l’aspect lumière. « A – É – I » représente davantage le principe masculin en action. C’est l’ascension de la conscience vers l’Esprit. Une brèche se crée et permet à l’Esprit de s’infiltrer dans la conscience. Le mouvement est de nature « électrique » et évolutif. Avec ces trois voyelles, une édification s’élabore.

Le regroupement des voyelles « A – O – Ou »

Ces trois voyelles nous dirigent vers la prise en main de plus en plus profonde de l’Esprit. Le groupement des voyelles « A – O – Ou » est de nature magnétique, circulaire et nous relie à l’aspect chaleur. Ces voyelles représentent davantage le principe féminin. « A – O – Ou » envahit davantage notre matière psychique et la couve par sa chaleur. Le « Ou » est considéré comme la voyelle la plus spirituelle. Sa rondeur enveloppe toute la sphère de notre tête, là où se passe l’alchimie. C’est à travers le trio « A – O – Ou » que se produit l’échange entre la matière et l’Esprit, par l’entremise des glandes pituitaire et pinéale stimulées par les vibrations de ces sons.

N.B : Pourquoi seulement des voyelles et pas de consonnes ? Les consonnes soulignent davantage le principe masculin et les voyelles le principe féminin. Les voyelles apportent une forme de joie éthérée et témoignent de l’importance du féminin. Les consonnes déterminent les limites dans le sens des mots et activent, par l’apport des lèvres et de la langue, la variété infinie du langage.

Que nous dit la métrique en 7/16 de la Ratchénitsa ?

De façon subtile, la métrique en 7 (4 + 3), construite sur l’alternance asymétrique de pulsations binaire et ternaire, symbolise l’effort à fournir pour tendre vers une union harmonieuse entre l’esprit, représenté par le ternaire, et la matière représentée par le binaire.

VOYELLES-2018-Mél Princ-3notes.jpg

Rythmiquement, les deux premières croches forment le carré (4 doubles croches) et la croche pointée forme le triangle (3 doubles croches).

Le travail du chanteur consiste à maintenir ce rythme en équilibre constant.

Cela réclame un entrainement précis avec la participation du cerveau droit qui doit surmonter l’embuche intellectuelle du calcul pour chanter ce rythme de façon exacte et naturelle.

Symboliquement, nous pouvons imager la métrique « 4+3 » par la figure d’une maison avec le triangle du toit, ce qui représente l’esprit chapeautant la matière, le carré.

Casetta.png

Le rythme bulgare 7/16 veut unir l’esprit et la matière et Peter Deunov utilise les mathématiques des formes folkloriques populaires pour démontrer une vérité initiatique, celle de l’esprit victorieux qui imprègne la matière de sa lumière.

« La pyramide est un cube surmonté de quatre faces triangulaires. Symboliquement le cube présente des affinités avec le carré, donc avec le nombre quatre, le nombre de la matière, des quatre éléments : la terre, l'eau, l'air et le feu ; il représente donc tout ce qui est solidement et durablement établi dans la matière. Mais le cube n'est que la base de la pyramide et cette base supporte quatre triangles. Par rapport au carré, symbole de la matière, le triangle est le symbole de l'esprit, car trois est le nombre des principes divins : lumière, chaleur et vie. Quatre (la matière) plus trois (l'esprit) font sept, le nombre de l'homme. En haut, il y a le trois (la lumière, la chaleur et la vie qui sont représentées en l'homme par l'intellect, le coeur et la volonté) ; et plus bas le quatre (les deux bras et les deux jambes). Le trois s'unit donc au quatre pour former un être vivant : le sept. »[3]

Que nous disent les intervalles de la mélodie ?

Premier segment (mesures 1 à 4) : L’Évocation de l’Esprit

VOYELLES-2018-Mél Princ-1à4.jpg

Les premiers intervalles marquent une ascension par mouvement disjoint de type harmonique arpégé. Nous partons de la matière avec le « do grave » pour nous diriger vers le monde de l’Esprit, le « do aigu ».

Musicalement, l’Esprit, est à la fois représenté par le « do aigu » et aussi la croche pointée, l’expression graphique rythmique du trois.

Toucher l’Esprit donne une énergie puissante et cela nous aide à organiser la matière. C’est ce que nous allons approfondir avec le deuxième segment.

Deuxième segment (mesures 5 à 13) : l’Organisation de la matière

VOYELLES-2018-Mél Princ-5à13.jpg

Au niveau mélodique, nous observons une sorte d’oscillation autour du « do central », le pôle matière. Le deuxième segment révèle l’action intrinsèque de l’Esprit (do aigu) au sein de la matière. La matière s’organise grâce à l’Esprit qui œuvre en elle avec beaucoup d’intensité.

Le segment est répété trois fois avec une conclusion sur le « sol » les deux premières fois, et une conclusion sur le « do » à la troisième fois. Dans ce segment, le « Sol » répété des mesures 7 et 10 joue un rôle de stabilisateur et d’unificateur entre les 2 mondes et crée ainsi un équilibre énergétique, un point de repos.

Conclusion

Le chant Les Voyelles représente l’élocution à laquelle parviendra un jour l’être humain faisant résonner le Nom de Dieu dans une matière en pleine évolution afin de la spiritualiser.

Par sa construction musicale, le chant ordonne et organise le travail spirituel. Tout d’abord, toucher la source de l’Esprit par les voyelles « A », « É » et « I », ensuite les unir pour agir concrètement dans notre quotidien en mobilisant nos centres subtils et imprégner notre « matière » avec les vibrations magnétiques les plus spirituelles, par les voyelles « A », « O » et « OU ».

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, Au commencement était le Verbe, Œuvres complètes n° 9, Éditions Prosveta.

Liens Externes

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2019, pensée du 12 décembre « Le nom d’une entité », Éditions Prosveta (2018).
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique
  3. Omraam Mikhaël Aïvanhov - Pensée du 16 février 2001.



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)