Chant Mili Boje

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
« L’abeille est un symbole de l’Initié qui a appris à tout transformer, sublimer et illuminer en lui-même pour préparer du miel. La ruche est en lui, et le miel, ce sont les éléments les plus purs, les plus subtils qui se dégagent de tout son être, ses émanations. Cela, c’est la véritable alchimie. Le véritable alchimiste a appris une chose : comment devenir une abeille, comment extraire le meilleur de tout ce qui se trouve dans la nature et surtout chez les êtres humains. Il les regarde, leur parle et chacun d’eux est une fleur dont il puisera le nectar pour préparer du miel »[1]

Mili Boje (Doux Seigneur) – Tonalité : Mib Majeur

MILIBOJ-2021-Mélodie Princ-1.jpg

MILIBOJ-2021-Mélodie Princ-2.jpg

Écouter le Chant par le Chœur Kastalski de Moscou

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction
Mили Боже Чуй ни песента : пеем ний за слънцето за пролетта.
Чуй ни песента : Пролет иде нов живот носи.
Първо цвете на Пролетта будя всички от сън.
Мен първо слънцето ме вижда.
Слънчице Божи дар, ти си извор на живот,
ти не изпращаш лъч що разтваря свежи нежни листенца.

Пролет, пълна с живот, вечна пролет, tи си Рай, Божи дар.

Само за тебе аз живея.
Пролет е вече светло и топло е навред 
слънце грее да, пролет е дошла.

Радост блика в кошера ни вън,
всички бързат да излязаt вън.

Те долавят пролетния цветен аромат.
Спущат се към цъфналия цвят.

С радост tе прашец събираt и поднасяt го към цъфналия цвят.

Бън ! Зън ! сладък мед за вази ние готвим, 
възлюбете благия Творец.
Да възлюбим нашия велик и благ Творец ! Бън ! Зън !
Mili Bojè tchouï ni pessenta : pèem niï za sleuntsèto za proletta. 
Tchouï ni pessenta : prolet idè, nov jivot nossi. 
Peurvo tsvètè na proletta boudia vsitchki ot seun. 
Men peurvo sleuntsèto mè vijda.
Sleuntchitsè Boji dar, ti si izvor na jivot, 
ti ni izprachtach leutch chto raztvaria svèji nejni listentsa. 

Prolet, peulna seus jivot, vetchna prolet, ti si raï, Boji dar.

Sal za tèbe az jivèïa.

Prolet è vetch svètlo i toplo è navred :
Sleuntsè grèe da, prolet è dochla.

Radost blika v'kochèra ni veun,
vsitchki beurzat da izlèzat veun. 

Tè dolaviat proletniïa tsvèten aromat.
Spouchtat sè keum tseufnaliïa tsviat.

S'radost tè prachets seubirat i podnassiat go keum tseufnaliïa tsviat. 

Beun ! Zeun ! Sladeuk med za vazi niè gotvim, 
veuzlioubetè blaguiïa Tvorets.
Da veuzlioubim nachiïa vèlik i blag Tvorets ! Beun ! Zeun !
Doux Seigneur, écoute notre chant : nous chantons pour le soleil, pour le printemps.
Écoute notre chant : le printemps vient, il apporte une vie nouvelle.
La première fleur du printemps éveille tout être de son sommeil.
Le soleil me voit en premier. 
Cher soleil don de Dieu, tu es source de vie,
Tu nous envoies un rayon qui fait éclore les tendres et délicats bourgeons.

Printemps, débordant de vie, éternel printemps, tu es un paradis, un don de Dieu.

Je ne vis que pour toi.

Partout, c’est déjà le printemps, lumineux et chaud :
Le soleil brille, oui, le printemps est là.

La joie jaillit dans notre ruche, 
toutes les abeilles s’empressent de sortir. 
Elles captent le parfum printanier des fleurs.

Elles se hâtent vers la fleur épanouie.
Avec joie, elles recueillent le pollen et le portent vers la fleur épanouie.

Beun ! Zeun ! Nous vous préparons un miel sucré. 
Aimez le doux Créateur.
Oui, aimons notre sublime et bon Créateur ! Beun ! Zeun !

Explications du chant[2]

Historique

Dans l’édition de la version originale, le chant est intitulé : Proletna Pessen qui, dans la Fraternité en France est devenu « Mili Boje ». Il a été créé au mois de février de l’année 1935, la musique et les paroles sont de Peter Deunov et l’harmonisation, dédiée à un choeur de voix féminines, est signée Madeleine de Ribeaupierre.

Thématique : l’Éternel Printemps - Tout transformer en soi - Devenir un alchimiste comme l’abeille

Mili Boje est un chant qui transporte le message printanier des Esprits de la Nature.

Structuré en 4 parties, il exprime une joie qui ne cesse de grandir. Le chant commence dans une forme de célébration et de vénération envers Dieu. Il veut nous relier au Soleil, à l’Éternel Printemps, à la Nature et à la vie communautaire des abeilles et de la ruche.

Symboliquement, les Abeilles représentent l’Initié, l’être parfait qui connait l’art de la sublimation de la matière. Le mode de vie des abeilles en communauté est un modèle d’inspiration merveilleux pour l’être humain et leur comportement au sein de leur collectivité transmet un enseignement extraordinaire pour apprendre à vivre en fraternité. Un jour, quand les êtres humains arriveront à ne manifester les uns aux autres que ce qu’ils ont de meilleur, comme l’enseignent les Abeilles, ce sera l’avènement de l’Âge d’Or sur la terre. Les hommes vivront dans « l’Éternel Printemps » et ils produiront « un miel » qui nourrira toute la terre et même le système solaire. « L’Éternel Printemps » ainsi nommé par la Science Initiatique correspond à un état de conscience ou une région spirituelle que le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov décrit aussi en ces mots :

« Il existe dans l'univers une région faite d'une matière éthérique, lumineuse, rayonnante, où règne un éternel Printemps. Là, sans arrêt, le soleil brille, les oiseaux chantent, les fleurs embaument l'atmosphère. Dans le plan physique, évidemment, il vous est impossible d'échapper à l'alternance des saisons et des événements heureux ou malheureux, mais par la pensée vous pouvez vous élever jusqu'à cette région de l'éternel Printemps. Cet éternel Printemps existe ! Vous pouvez le sentir à travers le regard d'un être humain, à travers son sourire, ses paroles, ses émanations, c’est cela le printemps... Cet état de conscience où tout jaillit, tout s'épanouit, tout exhale des parfums ... où les oiseaux chantent, où les rivières coulent... c'est merveilleux ! Oui, ceux qui savent préparer le miel, qui travaillent à préparer le miel pour le Seigneur, sont des abeilles. »[3]

Mots clés

Émerveillement, douceur, paix, activité créatrice, service, printemps, une ambiance juvénile et gracieuse.

Tracé énergétique du chant

Première partie (mesures 1 à 11) – Une Prière

Doux Seigneur, écoute notre chant :
nous chantons pour le soleil, pour le printemps.
Écoute notre chant :
le printemps vient, il apporte une vie nouvelle.

La première partie du chant est paisible et de nature contemplative. Le chant s’adresse au « Doux Seigneur » sous la forme d’une prière dans une ambiance douce et lumineuse emplie d’émerveillement et de gratitude. La prière jaillit du cœur des femmes et s’élève avec amour et vénération vers le soleil. Le soleil et le printemps tiennent leur promesse, ils ramènent la vie nouvelle tant espérée sur la Terre.

Deuxième partie (mesures 11 à 23) – Ma relation individuelle avec le Soleil

La première fleur du printemps éveille tout être de son sommeil… Le soleil me voit en premier.

Dans la deuxième partie, nous sommes dans la nature et le chant nous permet d’assister à son réveil printanier. Notre connexion à la lumière solaire s’établit et « la première fleur du printemps » nous délivre son message de joie et d’espérance. C’est le soleil qui me voit en premier ! Ce soleil lumineux, c’est le représentant de Dieu ! Je prends conscience que je suis en contact direct avec Lui, je me réveille et je me lève pour aller le saluer !

Troisième partie (mesures 24 à 42) – L’Éternel Printemps

Cher soleil, don de Dieu, tu es source de vie,
tu nous envoies un rayon qui fait éclore les tendres et délicats bourgeons.
Printemps, débordant de vie, éternel printemps,
tu es un paradis, un don de Dieu.
Je ne vis que pour toi.

A partir de la mesure 24, le tempo change et devient plus dynamique. Une danse enjouée commence et la mélodie décrit des soubresauts imprévisibles et très inhabituels pour la voix.

Cependant, toute cette agitation reste très gracieuse… Elle célèbre notre admiration pour le soleil et pour le don de la vie qu’il nous fait en réveillant la nature.

Le printemps est bien présent et nous passe le message glorieux de la vie éternelle et paradisiaque, c’est « l’Éternel Printemps ».

Quatrième partie (mesures 43 – fin) : La vie de la ruche et le chant des Abeilles

Partout, c’est déjà le printemps, lumineux et chaud :
Le soleil brille, oui, le printemps est là. La joie jaillit dans notre ruche,
Toutes les abeilles s’empressent de sortir. Elles captent le parfum printanier des fleurs. Elles se hâtent vers la fleur épanouie.
Avec joie, elles recueillent le pollen et le portent vers la fleur épanouie.
Beun ! Zeun ! Nous vous préparons un miel sucré. Aimez le doux Créateur !
Oui, aimons notre sublime et bon Créateur. Beun ! Zeun ! Beun ! Zeun !

La conclusion du chant continue sa danse ! Le rythme est allant et souligné par la présence de nombreuses doubles croches et de détours mélodiques qui « virevoltent » avec allégresse !

Cet élan du chant dit à notre âme qu’elle fait pleinement partie du printemps et qu’elle peut y danser sa joie sous la forme d’actes accomplis avec amour. Notre âme peut devenir une abeille !

L’image de la ruche apparait et l’Esprit des abeilles, depuis le monde du Merveilleux, chante et proclame qu’il est possible de vivre un mode de vie actif, solaire, généreux et infatigable…

Le secret : produire du miel et l’offrir au monde entier en aimant le doux Créateur qui nous a engendrés !

En résumé

Le chant Mili Boje est l’Art de la pollinisation mis en musique !

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

Liens Externes

Articles connexes

  1. Chants de Peter Deunov
  2. Chant_Aoum
  3. Chant_Blagoslaviaï_Douché_Moïa_Gospoda
  4. Chant_Blagosloven_Gospod_Bog_Nach
  5. Chant_Bratstvo_Edinstvo
  6. Chant Chte se Razvecelia
  7. Chant Da Bih Te Slouchal
  8. Chant Da Imach Vera
  9. Chant Deniat Ide
  10. Chant_Douheut_Boji
  11. Chant Fir Fur Fen
  12. Chant_Hodi_Hodi
  13. Chant Ide, Ide, Ide
  14. Chant Izgreï ti moé Slantsé
  15. Chant Izgréva Sleuntséto
  16. Chant Kaji mi ti Istinata
  17. Chant Mili Boje
  18. Chant_Napred_za_Slava
  19. Chant Neva Sanzou
  20. Chant Pessen na Zorata
  21. Chant_Pravda
  22. Chant_Ranen_Tchass
  23. Chant Seurdetchniïat Zov
  24. Chant Sila Zdrave Jivot
  25. Chant Slaveïtchéta Gorski
  26. Chant_Stani
  27. Chant Teugui skeurbi
  28. Chant Vdeuhnovéniè
  29. Chant_Vehadi
  30. Chant_V’Natchalo_Be_Slovoto
  31. Musique
  32. Silence

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2008, pensée du 6 juillet « Devenir comme une abeille », Éditions Prosveta (2007)
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique
  3. O. M. Aïvanhov, Vie et Travail à l’Ecole Divine Œuvres, complètes n°31, Chapitre 1, Éditions Prosveta.



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)