Chant Seurdetchniïat Zov

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
« Après avoir constaté qu'on est petit, on doit se renforcer et travailler à devenir grand. La véritable humilité ne consiste pas à rester dans cette attitude découragée, cela n'est en réalité qu'un orgueil caché. Si votre humilité ne peut vous projeter plus haut, c'est qu'elle est de l'orgueil. » [1]


Seurdetchniïat Zov (L’appel du cœur) – Tonalité : Do Majeur

SARDECH-2018-Mélodie Princ.jpg

Écouter le Chant par le Chœur Kastalski de Moscou

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction
Пред Теб припадаме, 
Господи, 
днес с’чисти  трепетни души.

Вьв песен изливаме 
сърцата си 
и зовем Те, Пресвятий, прости! 
Pred Teb pripadamè, 
Gospodi, 
dnès s'tchisti trèpetni douchi.

Veuv pessen izlivamè 
seurtsata si 
i zovem Tè, Presviatiï, prosti!
Devant Toi, nous nous prosternons Seigneur,
aujourd’hui avec des âmes pures et vibrantes. 

Dans ce chant nous épanchons nos cœurs 
et T’invoquons, Ô très Saint, accorde-nous ton pardon.

Explications du chant[2]

Historique

Seurdetchniïat Zov, « L’Appel du Cœur », a été composé par D. Kovatchev et I. Zourkov, disciples de Peter Deunov. Un titre inhabituel par rapport à l’ensemble des chants liés à Peter Deunov qui généralement s’intitulent selon les premières paroles du chant. Un titre poétique qui évoque l’ouverture du Cœur.

Thématique : devenir une coupe du Graal, un creuset alchimique

« L'âme en prière invoque le Créateur et se tend vers Lui. »[3]

C’est en ces termes que Omraam Mikhaël Aïvanhov parle de ce chant.

En effet, le cœur initiatique éclairé par les forces lumineuses veut se transformer et tout sublimer afin de servir les forces divines.

Seurdetchniïat Zov est un chant s’adressant au corps astral et au travail de purification à accomplir pour incarner la conscience de l’Amour Christique. Il est en lien avec le corps bouddhique. L’Appel du cœur est un chant de purification, de pardon et de réconciliation intérieure grâce à l’humilité, symbolisée par l’acte de prosternation. Il propose de se libérer en toute conscience de ses actions du passé et aller de l’avant. Nous comprenons que nous ne pourrons travailler pour le Ciel que si au préalable nous parvenons à nous pardonner nous-même.

Dans la pensée du 3 novembre 2017 Omraam Mikhaël Aïvanhov nous dit : « N’attendez pas que Dieu vous pardonne : Il ne vous a pas condamné, Il n’a donc pas à vous pardonner. On se responsabilise face aux conséquences de nos actions passées et nous les transmutons grâce au Pardon. »

Mots clés

Ouverture du cœur, humilité, recueillement, reconnaissance du divin, pardon, réconciliation intérieure, purification, devenir un ouvrier du Ciel.

Tracé énergétique

La mélodie est d’une grande simplicité bien que son contenu soit profond et dramatique.

Elle nous rappelle que c’est grâce au sacrifice du Christ que le chemin vers le plan astral a été dégagé de ce qui en bloquait l’accès. La prosternation évoquée au début du chant implique l’humilité absolue. C’est l’abandon total et sans condition à la Volonté de Dieu.

La mélodie se déroule en mouvement conjoint et avec peu d’intervalles disjoints. Elle est élaborée à partir des notes de l’accord parfait de Do majeur, les pôles énergétiques d’une structure pyramidale fréquemment utilisée également par Peter Deunov dans sa musique.

La première partie du chant commence par un agenouillement intérieur, un repentir sincère. C’est une prière qui donne au cœur la capacité de s’élever. La mélodie monte graduellement jusqu’au « Mi aigu ».

La deuxième partie repart du « Mi aigu » et redescend par paliers jusqu’au « Do grave », la tonique, base de l’édifice mélodique et qui correspond aux racines de l’être. L’énergie du pardon se déverse dans le cœur et le purifie. À la fin du chant, un baume d’amour s’épanche du cœur et nous baignons dans un silence de gratitude.

Seurdetchniïat Zov est un chant de vénération et d’intériorité. Le cœur initiatique veut communier avec Dieu et pour cela, accepte de pénétrer dans le mystère de la rédemption et de la miséricorde divine.

Avec courage, sincérité et humilité, le cœur travaille pour enclencher le processus alchimique du Pardon en lui. Il se purifie de l’orgueil et retrouve sa dignité. L’âme devient « pure et vibrante ».

Dans l’Arbre de Vie, c’est la Séphira Binah et la présence des 24 Vieillards en nous qui évaluent nos accomplissements et nous amènent à les réviser.

Bibliographie

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, Le Véritable enseignement du Christ n°215, chapitre 7 « Père pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » aux Éditions Prosveta

Autres auteurs

  • G. Hainault, M. Kinique, Les Chants Initiatiques du Maître Peter Deunov, Misli n°5 – 2018 (Revue du Centre d’Etude Omraam Mikhaël Aïvanhov), pp. 31-56 (télécharger le revue gratuitement).

Multimédias (images, vidéos et audios)

Extraits de conférences (audio et/ou vidéo) d'Omraam Mikhaël Aïvanhov

Articles connexes

Liens Externes

  • Seurdetchniiat Zov sur You-tube par le Chœur de Chambre Intrada de Moscou. (Dir : Gilles Hainault)
  • Pour entendre d’autres chants de Peter Deunov: Playlist

Notes

  1. Omraam Mikhaël Aïvanhov – Extrait de la conférence faite au lever de soleil, le 28 juillet 1966 – « Le Premier Amour ».
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique.
  3. O. M. Aïvanhov, P. Deunov, Commentaires des chants (Fraternité Blanche Universelle).



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)